Ingénierie 62 : naissance du 1er réseau d’expertise publique du Pas-de-Calais

le .

Ingenierie 62

 

Vous êtes une collectivité. Vous avez un projet, mais vous hésitez à vous engager ?

 

En vous rendant sur la plateforme en ligne "Ingénierie 62", vous pourrez identifier les partenaires spécifiques à votre territoire et à votre projet.

A l’initiative du Département et issue de la volonté de collaboration des acteurs de l’ingénierie publique, Ingénierie 62 offre un large panel des possibilités d’accompagnement technique, juridique ou encore financier, pour mener à bien votre projet.

Ingénierie 62, c’est aussi l’actualité des partenaires, un centre de ressources et une "base d'expériences" de la Banque des Territoires, afin de vous éclairer dans votre réflexion.

 

Le CAUE 62 est partenaire d’Ingénierie 62. Il soutient l’importance de la transversalité des partenariats afin d’apporter aux collectivités une aide complète et coordonnée.

Tous au jardin, c’est le moment de planter !

le .

La saison automnale marque le début du repos végétatif des arbres et arbustes. Ils perdent leur feuillage et ralentissent leur croissance en prévision du froid et de la sècheresse hivernale. Pour tous les jardiniers, il est temps d’agir, car à la Saint-Catherine (25 novembre) "tout bois prend racine" !

Plantation 1

Source : Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale. Guide technique du bocage. Arbres arbustes et fruitiers. Planter à la mode de chez nous. Colembert, 2015, 51 p.

Planter à la fin du printemps ou en été est peu recommandé… Si un arrosage copieux et régulier n’est pas réalisé à la saison chaude, vous pouvez perdre votre sujet. À l’automne, avant que le sol ne soit gelé, les plantes bénéficient de précipitations plus abondantes. Dans ces conditions la reprise des végétaux est favorisée, car ils ont ensuite l’hiver pour développer leur système racinaire avant la montée de sève au printemps.

 

Planter en 5 étapes

 

1. Choisir l’emplacement et l’espèce

Il faut prendre son temps, penser à la taille adulte des végétaux qui varie en fonction de l’espèce et, surtout, choisir en fonction de la surface de son terrain pour ne pas créer de conflits de voisinage (distances réglementaires et ombrage).

Plantation 2

De manière générale, il est fortement déconseillé de planter un grand sujet à proximité immédiate d’un bâtiment pour limiter les risques de chute due aux intempéries. Il faut également prendre en compte les racines qui colonisent le sol (surface équivalente au sol à celle du houppier, masse du feuillage) et peuvent abîmer des fondations ou soulever les revêtements de sol. Avant de planter un arbre, il est important de connaître sa taille adulte. Un arbre d’espèce locale met entre 20 et 25 ans à atteindre cette taille.

Pour une haie, il est préférable d’associer plusieurs espèces d’arbustes afin de minimiser le développement de maladies et favoriser une biodiversité. Les arbustes peuvent aussi être plantés sur deux rangs, en quinconce, pour rendre une haie plus dense.

 

2. Préparer soigneusement le sol

Plantation 3Il est recommandé d’ouvrir les trous de plantation en amont de la plantation elle-même (environ un mois avant).

Dans un premier temps, désherber l’emplacement pour éviter la concurrence entre les espèces (notamment les liserons et le chiendent qui peuvent devenir envahissants).

Creuser ensuite un trou dont le volume fait au moins deux fois celui de la motte (pour un arbre prévoir environ 1m de côté et 80 cm de profondeur, pour un arbuste 60 cm de côté et de profondeur suffiront).

Ameublir le fond du trou pour faciliter la croissance des racines et l’enracinement du sujet afin qu’il puisse résister au mieux au vent et à la sécheresse. Enfin, enrichir le sol en l’amendant avec du compost, du terreau de plantation, ou des engrais organiques à décomposition lente.

 

3. Préparer le système racinaire

Avant de planter, il faut s’assurer de la bonne reprise de l’arbre ou de l’arbuste. Les pépinières proposent trois types de conditionnements pour les végétaux :

  • le conteneur en plastique est le plus courant (il suffit de défaire la motte et d’écarter les racines),
  • la motte est emballée dans une toile biodégradable et est le plus souvent utilisée pour les plus gros sujets (il suffit de placer l’arbre dans le trou),
  • les racines nues concernent plus les jeunes plants. C’est un conditionnement moins couteux mais qui demande plus d’étapes de préparation. Pour activer l’émission de nouvelles petites racines, il est utile de tailler l’extrémité des plus grosses portions de racines : c’est l’"habillage". Il faut ensuite praliner : technique agricole consistant à enrober les racines dans le pralin (boue fertilisante composée de terre et d’engrais).

 

4. Mettre l’arbre en place

Plantation 4Vérifier la profondeur en plaçant l’arbre dans le trou. Attention, le collet ou le point de greffe, s’il est situé à la base du tronc, ne doit pas être enterré.

Si besoin prévoir un tuteur solide, avant d'installer l'arbre, et l’enfoncer profondément et solidement dans le fond du trou. Vous pouvez aussi installer le tuteur après la plantation, mais vous risquez alors de blesser les racines.

Le tronc doit alors être parallèle au tuteur, sans le plaquer contre, pour pouvoir l’attacher avec des liens qui ne blesseront pas l’écorce par frottement.

 

5. Reboucher, pailler et arroser copieusement

Combler ensuite le trou en faisant glisser la terre entre les racines. Tasser légèrement avec le pied, pour ne pas abîmer les racines, tout en créant une cuvette pour l’arrosage.

Pailler généreusement avec des matériaux organiques : copeaux, BRF (résidus de broyage), paille, etc., afin de limiter la pousse d’herbes et maintenir le sol frais et humide.

Enfin, arroser très abondamment la première fois (même s’il pleut !). Ainsi, l’arrosage favorise l’adhérence de la terre aux racines et supprime les grosses poches d’air qui sont néfastes à une bonne reprise du végétal. Il faudra ensuite surveiller et soigner les prochains arrosages pendant les deux prochaines années.

Plantation 5